La tendinite de la cheville

La fragilisation des tendons se fait suite à des sollicitations répétées, plus ou moins intenses. Alors que la douleur est parfois très vive, elle peut aussi être minime, mais s’accroît si l’on continue l’activité demandée. Le tendon se fatigue, s’use et s’abîme. Comme pour toutes les articulations, les tendons endommagés entraîne une baisse de synovie, et ce qui provoque un mauvais fonctionnement du tendon dans sa gaine.

Il ne va pas sans dire que pour la cheville, cela peut paraître terrible, voire intenable. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison, que la cheville reçoit tout le poids du corps, doit forcer pour le soutenir, mais, en même temps, est obligée d’effectuer des mouvements flexibles et extensibles. Permettant la marche, la course à pied, la montée des escaliers ou autres, il est primordial que le tendon soit « au top de sa forme ».

Les causes

Reliant les muscles à l’os, tout n’est pas source de tendinites, le corps humain étant quand même bien fait. Ceci dit, les tendinites à la cheville se trouvent beaucoup chez les coureurs. Elle survient soit lors d’un choc (ou manque d’échauffement), soit lors d’une pratique sportive à outrance. La tendinite de la cheville rejoint la tendinite du talon d’Achille qui elle aussi est provoquée par une déshydratation.

Pour cette tendinite, les causes sont les mêmes que pour les autres (poignet, genou, épaule, coude), c’est-à-dire une activité intense et prolongée, qu’elle soit professionnelle ou sportive. Cependant, toute pratique pédestre, même inconsciente, peut entraîner une tendinite. Pour tout ce que nous entreprenons, nous avons besoin de faire travailler notre cheville. Nous marchons, nous restons debout, nous courons, nous piétinons. Autant d’actions qui déclenchent parfois, à long terme, une tendinite. Le fait de rester assis, en adoptant une mauvaise position au niveau de la cheville, étire les ligaments se trouvant dans cette dernière, et là aussi… TENDINITE ! Une autre cause de la tendinite de la cheville est celle d’un mauvais chaussage. En fonction du quotidien, les chaussures doivent être adaptées à l’activité, sans quoi le tendon ne peut s’échauffer correctement.

Les conséquences

Le réflexe que chacun d’entre nous peut avoir, lors d’une tendinite à la cheville, est de garder le pied au repos. Cela est une bonne chose, mais il ne faut pas que cela se prolonge trop. Le fait de ne pas se servir de la cheville ankyloser l’ensemble des muscles, tendons et articulations de cette dernière. La reprise de son activité s’avère donc plus difficile, voire plus douloureuse. L’utiliser trop, comme si de rien n’était, abîme beaucoup plus le tendon qui, au fur et à mesure que le temps passe, risque de se rompre complètement, entraînant une opération chirurgicale. Quoi qu’il en soit, il est préférable de consulter un médecin, afin que l’usage de sa cheville perdure sans souci de blocage. Il ne va pas sans dire que, dans la vie de tous les jours, nous ne pensons pas forcément à toutes ces situations, en prévention. Nous y réfléchissons bien souvent quand il est trop tard, et quand nous avons mal. Une tendinite à la cheville mal soignée peut se ressentir pendant de longs mois, avec des douleurs qui arrivent ou repartent sans que l’on comprenne trop pourquoi. Elles peuvent aussi subvenir en fonction du temps, notamment lors de la venue de la pluie ou, tout au moins, de l’humidité. Ne la laissez pas s’installer plus longtemps, adoptez de bons mouvements, et échauffements, et vous n’aurez donc aucune conséquence.

Soigner une tendinite de la cheville

Bien que la tendinite ne soit pas très grave, elle est surtout très gênante, et fait mal. Cette sensation remonte parfois dans les membres, les muscles étant tiraillés d’un côté ou de l’autre. Si vous avez une tendinite au niveau de la cheville, vous pouvez avoir la sensation que votre mollet vous fait mal. Pourtant, il n’aura rien, cela viendra tout simplement de vos tendons.

Lors d’une tendinite à la cheville, la douleur se ressent immédiatement, puisque c’est sur les pieds que repose le poids du corps. Gênant et handicapant dans les activités pédestres, il se peut aussi qu’il soit difficile de simplement poser le pied par terre. Dans ce cas, avant que cela ne devienne plus grave, il est urgent de faire le nécessaire pour calmer ce mal qui devient très vite insoutenable.

Glace et repos

Sur le moment, l’idéal est de mettre son pied au repos, et d’y déposer de la glace. Il existe des poches froides spéciales soins qui sont très pratiques. Quelques anti-inflammatoires ou, tout au moins, du paracétamol vous aideront à surmonter ce qui est « insurmontable ».

Il est conseillé de déposer la glace durant 10 minutes sur le tendon endommagé, puis attendre une vingtaine de minutes sans rien dessus, et remettre la glace pendant vingt minutes. Le sang circule à nouveau correctement. Faire cela l’espace de deux ou trois jours, tout en gardant le pied surélevé atténue la douleur. N’hésitez pas non plus à prendre de la vitamine C, et du calcium qui sont très bons réparateurs de tendinite.

Séances de kiné

Par la suite, cette poche de glace détendra le tendon, puisque trop de froid réchauffe. Cela peut sembler paradoxal, mais pourtant c’est vrai. Ceci dit, en dehors de cette technique, vous avez la possibilité de vous faire faire un massage transversal profond par un kinésithérapeute. Le mouvement va-et-vient et en perpendiculaire du tendon, diminue considérablement les douleurs. Pour ce faire, le praticien vous demande de vous allonger, mais surtout de vous détendre. La peau est tout d’abord massée, puis ce sont des étirements qui vont aider le tendon à guérir.

Méthodes alternatives

Il ne faut pas omettre d’appliquer localement une pommade anti-inflammatoire ou de suivre quelques séances d’acupuncture, de mésothérapie ou électrothérapie. Ces micro-injections de médicaments ou le soin par courant électrique sont des solutions rétablissant relativement vite votre tendon.

Pour les femmes : chaussures à talons

Pour finir, le port de chaussures à talons (pas aiguille, mais de 4-5 cm) vous fera aussi du bien. Cela permet au tendon de la cheville de ne pas être trop étiré, mais au contraire de se reposer, la flexion-extension étant moins importante.

Pour les sportifs

Concernant les sportifs, c’est un repos relatif qui sera la clé de la guérison, associé à des antalgiques, des gels (ou pommades), des ultrasons, des infiltrations (non loin du tendon, et pas dessus). Quelques séances de kinésithérapie seront les bienvenues pour que les gestes, et échauffements redonnent du tonus au tendon endommagé. Faire travailler le muscle auquel le tendon est rattaché, fait automatiquement travailler le tendon lui-même. Ne faites quand même pas tout en même temps !

Après tous ces efforts, la glace reviendra prendre place sur le tendon. Même si vous ressentez une douleur plus intense à ce moment-là, il faut se dire qu’une fois enlevée, elle procurera une sensation de décontraction, et donc de bien-être.